Après la mort...   

Les NDE (Near Death Experience, ce qui s'signifie en français « expérience près de la mort » ) ont pour but de faire progresser la science dans les ténèbres de l’au-delà. Tâche impossible ?
Peut-être…
Mais lisez d’abord ceci :

Le docteur Jean-Jacques Charbonier

est médecin anesthésiste réanimateur. Il a travaillé dans divers services spécialisés tels que le SAMU, les urgences, les soins intensifs, réanimations et blocs opératoires, et il exerce actuellement son métier dans l’une des plus grandes cliniques toulousaines.
Ainsi, ce n’est pas un profane, et il dispose de toutes les informations actuelles disponibles pour interpréter les évènements « paranormaux » qui accompagnent parfois la mort le plus justement possible, et faire partager ses expériences.
Il donne de nombreuses conférences sur le thème des NDE, au CNRS, dans des facultés de médecine, l’INSA…

Alors, qu’en pense-t-il ?

Contre toute attente, ce scientifique est farouchement convaincu de la survie, dans certaines conditions, de l’âme après la mort : « l’après vie existe ».

Des preuves scientifiques ?

Une des NDE les plus rigoureuses a été effectuée aux Pays Bas en 2001 par une équipe de chercheurs.
Il s’agit d’une étude prospective qui a été réalisée sur 344 survivants d’arrêts cardiaques.
Ainsi, les sujets, suite à l’arrêt de fonctionnement de leur cœur, sont entrés dans ce que l’on appelle une anoxie cérébrale : privé de l’oxygène vital, leurs cerveaux ont cessé toute activité. C’est-ce que l’on appelle la mort clinique.
Les équipes médicales ont mesuré l’activité électrique de l’encéphale des patients (par électro-encéphalogramme : l’équivalent d’un électrocardiogramme mais pour le cerveau), et il s’est avéré que très rapidement l’activité électrique cérébrale de chaque sujet devenait nulle.

Au-delà de 5 minutes dans cet état d’anoxie, les séquelles cérébrales deviennent gravissimes et la réanimation quasiment impossible.

Une fois réanimés, les 344 sujets ont été soumis à des batteries de tests, puis, une fois totalement remis, à un interrogatoire mené par l’équipe de chercheurs sur les NDE.

Résultats :

  • 282 patients (82%) n’ont aucun souvenir de leur période d’inconscience.
  • 62 patients (18%) ont cependant rapporté une NDE avec les éléments "classiques" : survie de l’âme et sa dissociation du corps.

Entre ces deux groupes, il n’y a pas eu de différence au niveau de la durée de l’arrêt cardiaque, du temps d’inconscience, de l’intubation, de la médication, du sexe, de la religion, ou des connaissances préalables concernant les NDE.

Ces résultats malheureusement, comme sous pouvons tous le constater ne sont pas assez significatifs pour trancher en faveur d’une opinion ou d’une autre :

Peut-être les sujets ont-ils tous vécu un phénomène de dissociation âme/corps durant leur inconscience mais sans s’en souviennent forcément ?

Ou alors peut-être que les 18% de patients qui témoignent d’un phénomène paranormal sont victimes d’un effet placebo, comme c’est le cas pour une partie non négligeable des sujets dans chaque expérience scientifique ?

L’importance de l’effet placebo :

Car lorsque l’on effectue le test d’un nouveau médicament par exemple sur une population de volontaire afin de déceler les effets secondaires, on sépare les individus en deux effectifs : un groupe qui recevra vraiment le médicament, et un groupe témoin, qui croit également recevoir le médicament alors qu’il ne s’agit que d’un leurre : une gélule remplie de sucre en poudre par exemple.

Et bien il est fréquent que jusqu’à 15 voire 20% des individus du deuxième groupe soient victimes de vertiges, malaises, allergies similaires à ceux du premier groupe… Alors qu’ils n’ont pas eu le traitement !

Oubien, les scientifiques affirment aux individus d’un groupe que le médicament qu’on leur donne coûte 10 centimes, et à ceux d’un autre groupe qu’il coûte 50 €, alors qu’il s’agit rigoureusement de la même molécule. Et, invariablement, les résultats sont meilleurs dans le groupe où le médicament est sensé être plus cher.

Cela met en évidence l’influence de l’esprit sur le corps, par un phénomène bien connu et qui est la bête noire des industries pharmaceutiques.

Alors si effectivement, les expériences de NDE mettent en évidence de nombreux témoignages similaires relatifs à l’au-delà, et bien il faut cependant noter avant de tirer des conclusions hâtives que, même si les protocoles sont rigoureux et les démarches tout à fait scientifiques, l’interprétation doit l’être également, et prendre en compte chaque paramètre.

Et l’effet placebo est un paramètre.

Sicrith, 2008


Venez en parler sur le Forum !

Mots clefs

 

NDE

Mort

Au delà

expérience

preuve

placebo

Top 3 des articles

 

Recherche dans le
site et wikipedia :

Ajouter à mes favoris
beau@stylot.gif                                Laissez une trace de votre lecture !                                 
Pseudonyme Email
Objet :
Commentaire


Retour