Un prix nobel pour la vie éternelle

Le Prix Nobel de médecine 2009 vient d’être décerné, hier, à trois scientifiques américains dont les recherches ne concernent rien de moins que…
La guérison du cancer, et l’allongement de la durée de vie de l’Homme.
Explications et implications.

Explications

Elizabeth H. Blackburn, Carol W. Greider et Jack W. Szostak ont en effet apporté un éclaircissement majeur sur le fonctionnement du vieillissement.
Dans notre organisme, la majorité des cellules ont une durée de vie courte, et par conséquent doivent se multiplier pour assurer la perpétuation de la fonction de l’organe qu’elles composent. Mais au fil des années, le processus de multiplication cellulaire perd de sa précision : les nouvelles générations de cellules sont altérées et présentent des défauts, qui seront accentués à chaque nouvelle vague de multiplication. C’est le vieillissement.

Télomères et télomérases :

Ces altérations des nouvelles générations de cellules sont dues à la diminution de la longueur des chaînes d’ADN, qui, à chaque nouvelle division, se retrouvent amputées un peu plus à chacune de leurs extrémités.
Durant une grande partie de la vie d’un être humain, cela n’a pas de conséquence, car les extrémités des chaînes d’ADN sont composées de séquences que l’on nomme « télomères », et qui ne servent à rien sinon protéger le reste de l’ADN. Par conséquent, tant qu’il reste des télomères aux extrémités des chaînes d’ADN, le raccourcissent n’abîme pas le code génétique à proprement parler. C’est le cas durant longtemps, car une enzyme, la « télomérase » rajoute au fur et à mesure des télomères aux extrémités des chaînes d’ADN, ce qui les sauvegarde au cours des divisions.
Mais au fil du temps, cette enzyme vieillit et devient moins efficace. Inéluctablement, les télomères sont raccourcis, et fatalement le code génétique lui-même finit par se faire tronquer à l’extrémité des chaînes. S’en suivent les altérations cellulaires que j’ai précédemment décrites.

Non contents d’avoir découvert ces processus, les trois nobels ont également réussi à synthétiser la télomérase, enzyme qui rajoute les télomères. Par conséquent, il nous est désormais possible d’induire la fabrication de cette enzyme chez un individu donné, ce qui ralentirait le vieillissement cellulaire.

Le cancer :

Car bien sûr, si c’était aussi simple, nous pourrions tout de suite postuler pour l’immortalité…
Il faut d’abord noter, que le raccourcissement des télomères et de l’ADN n’est pas le seul processus qui cause le vieillissement.
Ensuite, rappelons que le cancer est caractérisé par l’apparition dans l’organisme, de façon d’abord localisée, de lignées de cellules immortelles. Les cellules cancéreuses ne connaissent plus le processus de vieillissement, et se reproduisent sans jamais voir la longueur de leurs chaînes d’ADN diminuer…
Car justement, dans ces cellules, la télomérase est très active parce que surexprimée et surproduite.

Alors oui, ces lignées de cellules ne vieillissent jamais, oui elles restent jeunes éternellement… Mais à quel prix ?

Implications:

Le risque de surpopulation :

Nous connaissons déjà le phénomène d’élongation de la durée de vie, dans les pays occidentaux. Or paradoxalement, ces pays ne représentent qu’une faible partie de la population mondiale, laquelle se concentre dans des régions où l’espérance de vie est beaucoup plus faible.
L’augmentation de la durée de vie ne constitue pas en elle-même un risque, car il faut bien entendu la corréler avec la fécondité. Or cette dernière a une terrible tendance a diminuer considérablement dans les pays qui justement sont en mesure d’augmenter leur durée de vie : un équilibre se fait.

La guérison du cancer :

En ce qui concerne le cancer, les oncologues évitent généralement d’utiliser le mot « guérison » et lui préfèrent « rémission » car le spectre de la rechute est omniprésent. Mais c’est bien la guérison de cette maladie que peuvent permettre ces nouvelles connaissances des processus cancéreux, puisqu’ils expliquent en partie le caractère « immortel » des cellules tumorales.
Alors qui sait si demain ce fléau ne sera plus qu’anecdotique ?
La recherche avance à grands pas, doucement mais sûrement, et ce n’est plus qu’une question d’années (peut-être même de mois) avant que de nouvelles découvertes fondamentales viennent peser sur la balance de la vie.

Sicrith, 2009    


Venez en parler avec Sicrith et les autres membres sur le Forum !

Mots clefs

 

Prix Nobel 2009

médecine

telomères

télomérases

durée de vie

guérison du cancer

surpopulation

Top 5 des articles

 

Recherche dans le
site et wikipedia :

Ajouter à mes favoris
bande2.gif (26 ko)
beau@stylot.gif                                Laissez une trace de votre lecture !                                 
Pseudonyme Email
Objet :
Commentaire




Retour